Choix de page

Le Roundup n’est pas cancérigène !

Le Roundup n’est pas cancérigène !

Hier, 15 mars 2016, l’Agence européenne des produits chimiques a rendu une décision surprenante : le Roundup n’est pas cancérigène !

Pourtant, cela fait déjà pas mal d’années que le Pr Séralini, entre autres, a montré à travers ses différentes études très poussées (incluant les adjuvants de ce pesticide) que le Roundup (le glyphosate) était, notamment, cancérigène.

La Ministre de l’Ecologie, Ségolène Royale, a d’ailleurs interdit la vente libre de ce poison. Cela signifie donc qu’elle est d’accord avec les chercheurs indépendants.

Alors qui croire ? Devez-vous vous ruer sur le Roundup pour éliminer les mauvaises herbes de votre jardin ? Les agriculteurs français pourront-ils réutiliser cet herbicide dans un proche avenir ?

Quand je vous aurais précisé que l’Agence européenne des produits chimiques s’est appuyée sur des études effectuées par les fabricants du glyphosate, comme Monsanto, Bayer ou Syngenta, vous comprendrez aisément qu’elle n’est pas du tout objective et qu’elle a subi le lobby de ces empoisonneurs.

Pour le moment, tant que la France maintient l’interdiction du Roundup, les Français semblent protéger car la décision de renouveler la licence du glyphosate prise ou non par l’Union européenne ne s’impose pas aux Etats.

Mais, qui peut nous garantir que le prochain Président de la République ne subira pas, à son tour, la pression de Monsanto et Cie ? Il y a tellement d’argent en jeu !

Quand on voit que certains candidats sont pour le Gaz de Schistes, sont à fond avec les agriculteurs conventionnels, que l’écologie est loin d’être leur première préoccupation, on a de quoi se poser des questions et de s’inquiéter ?

Fort heureusement, des ONG sont là pour nous défendre, nous, pauvres citoyens, à la merci des lobbies indutriels. Enfin, le citoyen peut aussi faire sa part…

À propos de l'auteur

katygawelik

Administratrice du site. Experte en cuisine saine, gourmande et végétarienne. Passionnée de cuisine.

Laisser une réponse