Choix de page

L’agriculture raisonnée, juste une histoire d’argent !

L’agriculture raisonnée, juste une histoire d’argent !

En revenant de Saint-Valery-sur-Somme, j’écoutais la radio et je suis tombée sur une émission durant laquelle j’ai entendu une chose qui m’a fait très plaisir.

Une viticultrice racontait son parcours et à un moment la journaliste l’a interrogée sur le fait qu’elle soit passée en bio.

Et là, j’ai entendu une chose que je dis depuis des années :

« La culture raisonnée, qui est très à la mode et qui est très employée aujourd’hui. Et, ça m’agace quand on emploie ce terme-là. Parce que ça ne veut rien dire. C’est juste pour dire que ce sont des gens qui traitent en chimique, mais qui vont faire un peu plus attention. Forcément, cela leur fait économiser des produits. Donc, c’est raisonné, mais on continue… ce n’est pas raisonnable. On peut faire pousser des choses de façon raisonnable. Parce qu’il y a une centaine d’années, tous ces produits n’existaient pas… »

C’est la première intervenante de l’émission :

 

 

Ses propos m’ont réjouie. Cela fait des années que je répète la même chose :l’agriculture raisonnée, c’est une belle fumisterie !

Comment peut-on cautionner cette agriculture qui continue à utiliser des produits chimiques ? Peu importe la quantité ! Surtout quand on connaît les conséquences dévastatrices de l’effet cocktail.

Le pire, c’est que j’ai entendu des soi-disant écolos qui encensaient l’agriculture raisonnée. Isabelle et moi, on leur a répondu que c’est la même chose que l’agriculture conventionnelle, qu’il vaut mieux passer au bio directement. Mais non, eux disaient que c’était une transition nécessaire et ils n’y voyaient pas d’inconvénients.

Non, il est tout à fait possible de passer au bio directement ! Quand on veut faire une agriculture propre et protectrice de l’environnement et de la santé, on supprime tous les produits chimiques !

À propos de l'auteur

katygawelik

Administratrice du site. Experte en cuisine saine, gourmande et végétarienne. Passionnée de cuisine.

Laisser une réponse