Choix de page

L’avenir de l’alimentation et de l’agriculture selon la FAO

L’avenir de l’alimentation et de l’agriculture selon la FAO

En 2016, la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a publié un rapport « L’avenir de l’alimentation et de l’agriculture. Tendances et défis« .

Voici une infographie qui résume son rapport :

 

 

Elle y pose une série de constats :

  • du fait de l’augmentation de la population et des revenus des plus pauvres, la consommation de viande, de fruits et de légumes devraient augmenter au détriment des céréales, ce qui nécessitera de produire plus au détriment des ressources naturelles
  • la productivité agricole est en baisse. Cette dernière est dû au manque d’investissement dans le secteur, à la dégradation des ressources naturelles, au recul de la biodiversité et à l’augmentation des maladies et des ravageurs qui passent les frontières et détruisent les productions. Le gaspillage alimentaire, en progression constante, n’arrange rien.
  • le changement climatique entraîne l’insécurité alimentaire
  • l’agriculture devient de plus en plus intensive, entraînant déforestation, émissions de gaz à effet de serre et une dégradation des sols
  • la pauvreté et la malnutrition augmentent
  • la production alimentaire est entre les mains de très gros industriels qui distribuent les intrants chimiques pour augmenter la production
  • les catastrophes naturelles, les conflits et les crises entraînent des inégalités, de la famines et des migrations forcées

Dans le même temps, elle propose des solutions, des défis à relever :

  • « On ne peut pas assurer une production alimentaire et agricole durable en se fondant sur des systèmes
    agricoles à forte consommation d’intrants et de ressources qui ont entraîné une déforestation massive,
    des pénuries d’eau, un appauvrissement des sols et un niveau élevé de gaz à effet de serre. Il faut mettre
    en place des systèmes novateurs qui permettent à la fois de préserver et d’améliorer la base de ressources naturelles, et d’accroître la productivité. Il faut engager un processus transformationnel misant sur des approches intégrées, notamment l’agroécologie, l’agroforesterie, l’agriculture intelligente face au climat et l’agriculture de conservation, qui s’inspirent notamment des connaissances autochtones et traditionnelles. « 
  • il faut lutter contre les inégalités et la pauvreté dans le monde en mettant en place des stratégies de croissance favorables aux pauvres
  • il faut supprimer les conflits et faire en sorte de les régler de manière équitable
  • il faut rendre les systèmes alimentaires plus efficaces, plus inclusifs et plus résilients, en rendant l’agriculture aux paysans
  • le développement durable doit s’appliquer dans tous les pays, riches ou pauvres

 

Les défis à relever sont colossaux ! Vont-ils l’être facilement ? Pour l’instant, nous ne semblons pas cheminer sur la bonne voie. La biodiversité est en danger partout. La déforestation ne baisse pas. Les pesticides ou autres engrais chimiques sont de plus en plus utilisés. La malbouffe connaît une croissance toujours aussi galopante…

Peut-être que les ambitions de la FAO sont trop utopiques et, finalement, difficiles à mettre en oeuvre ?

Mais, comme le disait Osacr Wilde « Le progrès n’est que l’accomplissement des utopies« , donc tous les espoirs sont permis !

À propos de l'auteur

katygawelik

Administratrice du site. Experte en cuisine saine, gourmande et végétarienne. Passionnée de cuisine.

Laisser une réponse

Commentaires récents

    Mes autres blogs et sites